ACTUALITÉS

Rapport Greenpeace France et l’Institut Rousseau : quel coût actuel pour l’électricité bas carbone ?

Dans un rapport dévoilé mercredi 24 novembre dernier, Greenpeace France et l’Institut Rousseau proposent une analyse des coûts actuels des principaux moyens de production d’électricité bas carbone, offrant pour la première fois un chiffrage objectivé permettant une comparaison des coûts par MWh. Le solaire y apparaît comme très compétitif !

A l’heure où la France est à la croisée des chemins et doit faire des choix cruciaux concernant son avenir énergétique pour atteindre la neutralité carbone avant 2050, Greenpeace France et l’Institut Rousseau ont mis en commun leur expertise technique pour apporter leur contribution à ce débat majeur. Les auteurs ont notamment choisi de se concentrer sur les coûts liés aux installations existantes de production électrique : nucléaire (existant et EPR de Flamanville), éolien et photovoltaïque, ainsi que leur impact sur le réseau. Au terme de cette étude, il apparaît que le coût courant économique de l’EPR de Flamanville est en moyenne au moins deux fois plus élevé que celui des autres options, se situant au même niveau que le photovoltaïque résidentiel.

Par ailleurs, le coût courant économique des énergies renouvelables les plus compétitives, à savoir le photovoltaïque en centrale au sol ou sur grandes toitures, et l’éolien terrestre est de 5 % à 30 % inférieur à celui du “vieux” nucléaire, celui de l’éolien offshore restant légèrement supérieur (moins de 15 %). Avec 51 € en moyenne le MWh en 2020, le photovoltaïque s’impose même comme l’énergie la moins chère. Et les prix n’auraient pas encore fini de baisser !

Vers plus de renouvelables pour répondre à l’urgence climatique

Que la France s’engage vers la construction de nouveaux réacteurs comme le propose Emmanuel Macron ou vers un mix 100% ENR, trop d’incertitudes pèsent encore sur la faisabilité ou le coût réel de chaque option. Pourtant, ces choix vont nous engager sur des décennies et auront in fine des répercussions sur les territoires et le budget des ménages. Avoir une vision la plus nette possible des coûts actuels est un point de départ essentiel pour éclairer toute décision publique concernant les futures installations.”

Afin de pousser cette réflexion, le rapport pose également les enjeux liés à l’évolution de notre mix électrique vers plus de renouvelables pour répondre à l’urgence climatique, ce qui implique une adaptation du système et des réseaux de transports ainsi que des investissements supplémentaires.

A l’approche de l’élection présidentielle, Greenpeace France et l’Institut Rousseau appellent les décideurs et la société civile à se saisir de ces enjeux et à engager un débat plus large et plus apaisé, avec des données concrètes à l’appui, sur un réel choix de société.

Le coût total du projet EPR multiplié par 6

Le périmètre de cette étude n’est pas exhaustif : il ne traite pas des installations “futures” (SMR, EPR2 etc.) mais se concentre sur les moyens de production “existants” qui émettent peu de gaz à effet de serre tout au long de leur cycle de vie et qui sont amenés à jouer un rôle central dans le renouvellement et le développement de la production d’électricité en France métropolitaine.

L’énergie hydraulique n’est ainsi pas traitée car son déploiement est d’ores et déjà relativement proche du maximum.  L’éolien en mer flottant, bien que voué à jouer un rôle dans les prochaines décennies, n’est pas non plus considéré du fait du manque de recul actuel sur cette technologie.

En revanche, l’EPR de Flamanville a été intégré au calcul bien qu’il ne fonctionne pas encore et qu’aucune certitude n’existe sur le respect de la date prévue de mise en service en 2023. En construction depuis 2007, il est la tête de série de la technologie EPR en France et enchaîne les déboires : alors que son coût initial était estimé à 3,3 milliards d’euros et qu’il devait être mis en service en 2012, le chantier accumule plus de 10 années de retard et le coût total du projet a été multiplié par 6.

Pour les calculs, la méthode retenue est celle du coût courant économique, privilégiée par la Cour des comptes pour calculer le coût de production de l’électricité nucléaire. Elle propose un périmètre d’analyse commun pour les différentes technologies étudiées. Les chiffres utilisés proviennent tous de sources publiques les plus récentes possibles. Dans le cas du nucléaire, les données d’EDF ont été privilégiées et ont été complétées par des données d’autres sources, essentiellement celles de RTE ou de la Cour des comptes.

Téléchargement Greenpeace-Coût des énergies_Novembre-2021

Nos autres actualités