ACTUALITÉS

Enerplan demande un Plan d’Urgence Solaire

Dans le contexte de la crise géopolitique de l’énergie, le syndicat propose un projet concret de 14 mesures systémiques pour viser l’installation annuelle de 10 GW de photovoltaïque en 2025.

Au-delà des besoins de décarbonation, les derniers mois ont démontré la vulnérabilité du système énergétique européen, sa dépendance et l’instabilité des prix qui affectent directement les entreprises et les ménages. Dans ce contexte, Enerplan souhaite que soit mis en œuvre un Plan d’Urgence Solaire, à établir dans les trois mois, en concertation avec l’État. Son objectif : installer 10 GW en 2025, grâce à une progression ambitieuse et croissante : 3,5 GW en 2022, 5 GW en 2023, 7 GW en 2024 et 10 GW en 2025.

Comme le rappelle le syndicat, certains Etats européens (Allemagne, Italie, Espagne) ont déjà raccordé plus de 10 GW de solaire sur une seule année, « soit l’équivalent en énergie d’une tranche d’un réacteur nucléaire EPR ». La France est donc, non seulement en retard par rapport à ces pays, mais par rapport à ses propres objectifs inscrits dans la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). « Les raisons sont multiples mais se résument à un cadre beaucoup trop rigide et à un manque de mobilisation des différents acteurs », explique Enerplan dans un document.

Selon l’organisation, ces chiffres sont tout à fait atteignables et le Plan d’urgence liste une série de mesures systémiques recouvrant tous les aspects touchant l’énergie solaire (production, réindustrialisation, raccordement, stockage, formation, …) et parallèlement le développement d’une véritable industrie nationale de fabrication de panneaux solaires pour assurer une indépendance complète. Parmi elles, il demande :

– la mobilisation de tout ce qui est prêt à construire immédiatement :
• Stock (6 GW prêts à construire, selon Enedis)
• Nécessité de résoudre le problème de l’explosion des coûts des matériaux et matières premières : donner la possibilité aux porteurs de projet lauréats d’Appel d’Offres de bénéficier du prix de marché et de compenser ainsi les surcoûts pendant une période de 6 à 12 mois, avant de signer avec EDF OA au tarif retenu.

– la mobilisation des projets rapides à construire : autoconsommation et toitures guichet :
• Autoconsommation à promouvoir largement et à accélérer en ouvrant le régime simplifié de déclaration jusqu’à 50 kW ( par installation) et en donnant une prime fixe pour les projets de 100 à 500 kW pendant les projets construits entre 2022 et 2023, remplaçant le régime d’appel d’offre. exemption TICFE en autoconsommation collective, Diminution de la TVA pour les installations des particuliers
• Toitures via les guichets (avec tarif d’achat) : geler les tarifs jusqu’à fin 2023.

– la mobilisation foncière de tous les terrains, toitures, parking,… disponibles privés et publics : centrales > 500kW / AO
• Besoin de 14 000 ha de surfaces entre 2022 et 2024, dont 3 500 ha en 2022, 4 500 ha en 2023 et 6.000 ha en 2024.
• Système dérogatoire immédiat et jusqu’en 2025 raccourcissant toute la procédure de permis de construire à 1 an maximum
• Accélérer la mise à disposition du foncier de l’état avec une procédure d’urgence.

– l’élargissement des critères d’éligibilité des terrains aux Appels d’offre.

– mettre en place avec Enedis et RTE un plan d’urgence pour raccorder toutes ces centrales au réseau.

– étudier avec Enedis/RTE et la filière la possibilité d’économiser les capacités de raccordement pour les grands projets en instaurant un ratio maximal MWac Raccordement / MWc solaire.

– produire en France d’ici 2025 un minimum de 5 GW/an de panneaux, cellules et silicium.

« Dans la conjoncture actuelle, le retard de la France dans son développement de l’énergie solaire coûte cher. Enerplan propose un Plan d’Urgence Solaire pour rattraper et dépasser nos objectifs historiques. 10 GW par an, c’est possible, des pays voisins l’ont déjà fait, sous réserve que le solaire devienne une priorité nationale », assure Daniel Bour président d’Enerplan.

Nos autres actualités